Paroles

De l’amour, des fétiches

La nudité souvent s’affiche
Des seins, des fesses un peu partout
La beauté est tellement plus riche
Quand elle ne nous montre pas tout
J’ai fait le tour de la planète
Changé mes voyages en trésors
Quand, dans ses dentelles je m’arrête
Le monde peut bien brûler dehors

Avec sa lingerie du dimanche
Prête à poser pour Gil Elvgren
Jarretelles tendues sur sa peau blanche
Elle m’invite à rompre le jeûne
Contre ses jambes crisse le voile
Mes yeux de voyeur envoutés
Par ces petits plis qui régalent
Ses chevilles, son creux poplité

J’aime tant son regard qui sait
Jouer du feu des artifices
Quand le lacet de son corset
Lui fait la taille du supplice
Et ce nylon aphrodisiaque
Au dégradé de transparences
Met mon coeur et ma tête en vrac
Je lègue mon corps à sa science

Quand j’grimpe à l’échelle de ses bas
Le long des coutures à ses cuisses
Je sais c’que vous pensez de moi
C’est pas de l’amour c’est du vice
Mes copines les chiennes de garde
Me disent : “T’es en dessous de tout”
Mais quand ses dessous elle les garde
Ce qu’on bien dire je m’en fous

A ses pieds cambrés, des aiguilles
Pour mieux percer tous mes secrets
Un rien du tout la déshabille
Ce rien qui fait tout basculer
Dans ce jeu d’ombres et de lumières
Faible prisonnier qui s’entiche
De ces froufrous contre sa chair
Juste de l’amour, des fétiches

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.