Paroles

Rachel

Rachel, Rachel,
Si les p´tits cochons te mangent pas
Rachel, Rachel,
Il en restera p´t-être pour moi

Je suis tout seul dans ma maison
Le chien dort sur le paillasson
La grosse horloge distille le temps
Très lentement, trop lentement
Les objets familiers
Soudain me sont étrangers

L´amour, tu sais, ça prévient pas
Ça vous arrive avec fracas
Ça vous r´tourne comme un vieux manteau
Avant qu´on ait courbé le dos
Ça fait mal, c´est banal
Parfois c´est très bon aussi

Cette chose en moi, c´est encombrant
Ça me remplit tous les dedans
Mais en même temps, c´est stupéfiant
J´ai l´impression d´être vivant
D´être un grand bateau blanc
Plein de rires et plein de chants

Tu vois, j´suis complètement cinglé
J´me prends pour un bateau doré
Qui roule en Méditerranée
Vers des rivages ensoleillés
Y’a des îles azurées
Et des beaux marins bronzés

Quand j´ouvre mes yeux fatigués
Par les insomnies de l´ennui
Je vois ma table toute encombrée
D´un amas de feuilles griffonnées
Dans le ciel, un orage
Je voudrais être avec toi

Pendant c’temps, toi, tu es là-bas
Avec un marin dans tes bras
L´orage, sûrement, tu t´en fous
Car il est grand et beau et doux
Le monde s´est arrêté
Pourquoi donc il tournerait?
Rachel, Rachel,
Je voudrais être les p´tits cochons
Rachel, Rachel,
Et te manger tout en entier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.