Paroles

Le Monument aux oiseaux

Tiens v’là l’soleil
On ne l´attendait plus c’lui-là
Qui fait fumer le vieux goudron mouillé
A moins qu’ce soit les phares d´une balayeuse
Qui racle dans la nuit toutes les saloperies
Ça y est, je l´ai enfin trouvée
Mais je ne sais pas où elle est
Je marche dans la forêt des rues
Je sonne aux portes, on croit qu´ j´ai bu
Si jamais vous l´apercevez
Dites-lui que je l´attends où elle sait
Elle ne pourra pas se tromper
Ça fait mille ans qu´on est à se chercher

Sous le monument aux oiseaux
Suspendu entre deux eaux, dans le ciel

Tiens v’là l’bonheur
On ne l´attendait plus c’lui-là
Qui me transforme en gros ballon de joie
A moins qu´ce soit un air que m´ joue mon pote, le pote
Qui prend mes nerfs pour des cordes à violon
Ça y est, je l´ai enfin trouvée
Mais je ne sais pas où elle est
J´ai arpenté tous les quartiers
Sauf l´échangeur et l´Grand Marché
Où es-tu amour, que fais-tu ?
Par quel inconnu es-tu retenue ?
Ta mémoire s´est-elle envolée
Que tu ne te souviennes déjà plus ?

Du monument aux oiseaux
Suspendu entre deux eaux, dans le ciel

Tiens v’là l’printemps
On ne l´attendait plus c’lui-là
Qui fait vibrer la ville qui dormait
A moins qu’ce soit tous les gaz délétères
Qui se répandent en pourrissant la Terre
Ça y est, je l´ai enfin trouvée
Mais je ne sais pas où elle est
Le mieux c´est de ne plus marcher
Par crainte de m´en éloigner
Je m´assieds dans le terrain vague
Là où la lune fait pousser des forêts
Peut-être en y croyant encore
Vais-je m´envoler très loin de mon corps

Jusqu´au monument aux oiseaux
Suspendu entre deux eaux dans le ciel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.