Paroles

Le monde bouge

Mais partout le monde bouge
Mais partout le monde éclate
Là où régnait le silence
Certains font porter leur voix
Jusqu’aux remparts du royaume
Où l’on n’adore que l’or

Vous, tout là-haut dans vos bastions
À gouverner cités et nations
Ne voyez-vous pas qu’il est trop tard
Qu’il est trop tard, qu’il est trop tard
Que le monde se fera sans vous ou contre vous
Que le monde se fera sans vous ou contre vous

Ils nous disent, les censeurs
Que les grèves ne sont que rêves
Les grévistes des rêveurs
Vivant quelques heures brèves
Que les vieilles réalités
Sauront bientôt les briser

Vous, tout là-haut dans vos bastions
À gouverner cités et nations
Ne voyez-vous pas qu’il est trop tard
Qu’il est trop tard, qu’il est trop tard
Que le monde se fera sans vous ou contre vous
Que le monde se fera sans vous ou contre vous

En d’autres temps, en d’autres lieux
Des rêveurs de temps meilleurs
Se sont battus, souvent sont morts
Contre vos forces innombrables
On sait bien qu’il faudra encore
Mille réveils de larmes et de sang

Mais vous tout là-haut dans vos bastions
À opprimer cités et nations
Vous connaîtrez un jour l’heure
Où les rêveurs, où les rêveurs
Viendront pour vous demander raison de l’oppression
Viendront pour vous demander raison de l’oppression

Ne voyez-vous pas qu’il est trop tard, oui, bien trop tard
Que le monde se fera sans vous ou contre vous