• Adieu poupée

    Adieu poupée, adieu mon ange Tes mains, ta voix me manquent déjà T’as la liberté en échange, Seulement le vide autour de moi. Pourquoi faut il que le temps change L’amour en ce je ne sais quoi ? Adieu poupée, adieu ma chance Qu’est ce que je vais faire de tout ça ? Des mots d’amour et des silences, Des musiques au bout de mes doigts. Il est de si longues absences Que même le temps ne guérit pas Goodbye Dolly, good bye Bye bye Baby, bye bye… Goodbye Dolly, good bye Adieu poupée, adieu mon ange Va où le vent te portera Il est de ces rencontres étranges Des…

  • Ce monde-là

    Dans la cyber cité où les rêves s’affichent. Une voix dans la radio me dit : “ Tu seras riche “. Et dans les écrans bleus qui s’allument le soir, Un homme dit que c’est lui qui va changer l’histoire. Le monde est si bancal dans les journaux du jour Qu’il ne souvient plus qu’on peut vivre d’amour. C’est dans ce monde là que tu manques comme ça, Qu’est ce que je donnerais pas pour dormir avec toi. In the Cyber city where dreams are on the wall A voice from the radio says to me “you’re gonna a rich man” On the blue screens, switching on in the night…

  • Patiemment

    Tu t’enfermes, petite, dans tes envies de rien, tes absences, Tu dis qu’on ne peut rien pour toi. Et tu portes le deuil de cette vie passée sous silence T’arrives plus à voir où tu vas Oh, mon amour, oh, ma princesse, laisse faire le temps qu’on nous laisse Aucun regret ne vaut la peine Regarde là bas loin devant, la vie s’éclaire tout autrement Et moi je suis là qui t’attends. Patiemment, patiemment, J’attendrai que tes blessures s’éteignent Même s’il faut attendre longtemps Patiemment, patiemment, Que ton sourire, tes mains me reviennent Je t’aimerai en attendant… patiemment. Tu verras, t’oublieras, je t’offrirai le monde à apprendre, Je t’emmènerai loin…

  • Satanée solitude

    Quand la nuit descend sur la ville endormie, A l’heure où les enfants ont changé de pays, Lorsque les trains se taisent, quand s’allume la vie, Quand la rumeur s’apaise et que monte l’oubli, On s’accoude à des bars avec les solitaires, Qui savent du regard se parler ou se taire, Tous ces mecs un peu barges qui s’endorment si tard, Pas vraiment dans la marge, pas vraiment dans l’histoire, Satanée solitude, satanée solitude, T’auras brûlé nos vies à nous aimer comme ça, Satanée solitude… Et on ferme les yeux, la tête entre les mains, Et on fait de son mieux pour aller vers demain, A jamais dans nos coeurs,…

  • Tenir le coup

    C’est quoi nos vies, des jours qui passent, Du temps perdu et qui s’efface, Des morceaux d’nous éparpillés, Des pages sur un calendrier. C’est quoi nos vies, c’est des sourires, Des mots qu’on a pas osé dire. C’est des silences dans l’ascenseur, Des sentiments au fond du coeur. Des coups durs, des coups d’poing, Des coups d’grâce aussi, Des coups d’blues, des coups d’freins , Des coups d’gueule au bout d’la nuit aussi… C’est quoi nos vies, c’est des départs, Des mains serrées, des trains, des gares. C’est des visages sur des photos, Des mots d’amour sur le verso. C’est quoi nos vies, c’est des parfums, Des peaux que caressent…

  • Millions d’amours

    Tellement d’antennes pour se parler, Tant de radios pour s’écouter, Tellement de télés pour se voir Et tant de place dans nos histoires, Millions de nuits, millions de jours, Millions de vies qui cherchent l’amour. Tellement de rimes à nos chansons Pour y graver d’autres frissons, Tellement de mots sur nos accords Et tout ce vide entre nos corps Millions de voix, millions de coeurs Millions de joies, millions de pleurs Tourne la vie, tournent les jours Tourne la roue de nos amours, Sur 1 million combien de chances ? Jeu de la vie, jeu de toujours Jeu de hasard et de détours Millions de vies… Millions d’amours… Dans nos…

  • Tous fragiles

    On pleure pour trois fois rien Depuis qu’on est tout p’tits, On doit serrer des mains Pour traverser la vie, On fait semblant de rien Quand on a des ennuis, On fait croire qu’on est bien Et on dort pas d’la nuit. On passe pour des caïds, On joue les hors la loi, On sourit des timides Qui parlent toujours tout bas, On joue les mecs solides : Les Swarzy, les gros bras, Mais nos clins d’oeils humides C¹est pas du cinéma. Car, on est tous fragiles ( x 3 )… Les p’tits, les grands, les imbéciles, Les durs, les forts, les pas faciles. On a sur les épaules Le…

  • On attend

    On attend quelquepart d’un calme désespoir Que brille une autre étoile sur nos villes natales On attend l’étincelle, un signe dans le ciel Un éclair, un orage, pour être un peu moins sages. On attend que le monde ait laché toutes ses bombes On attend que la guerre ait fini par se taire On attend des infos plus belles à la radio Et qu’un jour la télé nous dise la vérité On a tord, on attend, On attendra longtemps On a tort, on attend Et ça change pas pour autant On a tord, on a tant Attendu et pourtant C’est comme ça tout l’temps On attend…. On attend du soleil…

  • Plus loin

    Sur le ruban, sur le fil du paysage qui défile Fuir le présent immobile et les rumeurs de la ville Donner des noms aux étoiles rien que pour mettre les voiles Brûler tous les étendards, être à jamais de nulle part Et faire parler les moteurs Laisser l’homme à la valise c’lui qui s’occupe de la crise Laisser l’homme au pyjama c’lui qui s’endort sur tout ça Rouler jusqu’à l’horizon sans répit et sans raison Pas de cartes et pas de plans, juste poussé par le vent Laisser parler les moteurs Bloquer l’aiguille du compteur Plus loin, là où le monde avance Plus loin, là où tout recommence, Plus loin…..…

  • Repartir à zéro

    Claquer la porte avant qu’on claque, Tourner la page avant l’attaque, Déboulonner nos habitudes, Laisser tomber nos certitudes, Changer de vie, changer de terre, Changer de lit et changer d’air, Changer de frissons sur la peau, Repartir à zéro… Tout effacer de nos mémoires, L’essentiel et le dérisoire, Pas de remords, pas de regrets, Partir enfin, partir en paix, Ne pas regarder en arrière, Tout démonter et tout refaire, Déchirer toutes les photos, Repartir à zéro… Avant qu’on ait perdu, tout de notre insolence, Avant qu’on aime plus, qu’on prenne nos distances, Avant qu’on ait vieilli dans nos corps et nos têtes, Avant qu’on ait tout dit, avant que tout…