Paroles

J’traîne

J’traîne mon folk au fond des bars
Pour des loulous qui pensent qu’à boire
Pour des gonzesses qu’ont des guiboles
Qui poussent un peu à la picole

J’traîne ma guitare là où ça joue
De la musique, où y’a des fous
De toutes les couleurs, tous les âges
Qui disent qu’on meurt quand on est sage

J’traîne mes coups de gueule, mes mots qui s’battent
Pour des couche tard, dans des apparts’
Où y’a d’la bière, des p’tits gâteaux
Puis d’la monnaie dans un chapeau

J’traine, là où la vie m’emmène, j’traine…

J’traîne mes refrains sur toutes les routes
Dans des impasses, sur l’autoroute
De l’autre côté de la frontière
Par temps d’orage ou par temps clair

J’traine mes chansons au bout du monde
Sur un caillou qu’la brume inonde
Pour des marins qu’ont l’coeur plus grand
Qu’les eaux froides de leur océan

J’traîne mes paroles dans des prisons
Pour des gros durs et leur maton
Pour scier un peu les barreaux
D’ces tôles rouillées comme des paquebots

J’traine, là où la vie m’emmène, j’traine…

J’traîne mes couplets au bout d’la nuit
Pendant qu’tu dors au fond d’ton lit
Parce que quand s’allument les projos
La vie est plus belle de là haut

J’traîne mes mélodies, mes accords
Pour dire aux cons qu’j’suis pas d’accord
Pour moi aussi dans cette histoire
Semer ma p’tite graine d’ananar

J’traîne mon blues à Bar le Duc
Où c’est là qu’j’écris tous ces trucs
Qui m’emmèneront un peu partout
Simplement pour être avec vous

J’traine, là où la vie m’emmène, j’traine…
Près d’chez toi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.